Comment trouver le bon psychologue
une panneau stop rouge et blanc dans une vallée

Suivez-nous sur :

Nos derniers articles :

Les conduites à risque : qu’est ce que c’est ?

L’adolescence est une période cruciale du développement humain, marquée par des transformations physiques, émotionnelles et sociales. C’est également une phase où les individus sont particulièrement susceptibles de s’engager dans des conduites à risque. Ces comportements, souvent perçus comme des moyens d’exploration et d’affirmation de soi, peuvent avoir des conséquences significatives sur la santé et le bien-être des jeunes.

Comment définir les conduites à risque ?

Les conduites à risque sont définies comme des comportements comportant des « risques objectifs » pour la santé. Autrement dit, ils compromettent le bien-être, la santé et parfois même la vie des individus qui s’y engagent. Cette définition met en lumière la nécessité d’une évaluation externe pour déterminer la dangerosité de ces comportements, car le sens que les adolescents attribuent à leurs actions n’est pas toujours objectif et peut différer des normes sociétales.

Les différents types de conduite

Les conduites à risque évoluent en fonction des normes et des valeurs sociétales. En France, on observe depuis quelques années une augmentation de ces comportements chez les adolescents et les jeunes adultes. Parmi les conduites à risque les plus fréquentes, on peut citer :

  • Usage de drogues : Consommation de substances psychoactives telles que le cannabis et l’alcool.
  • Rapports sexuels non protégés/dépistés : Pratiques sexuelles sans protection ou sans dépistage des maladies sexuellement transmissibles.
  • Auto-agression : Comportements autodestructeurs tels que les mutilations, les tentatives de suicide et les troubles alimentaires.
  • Violences envers autrui : Comportements agressifs, qu’ils soient physiques ou verbaux.
  • Sports extrêmes : Pratique de sports à haute intensité avec un potentiel de danger élevé.

D’autres comportements, bien que moins spectaculaires, sont également préoccupants :

  • Désinvestissement : Perte de motivation, souvent illustrée par la déscolarisation.
  • Négligence des règles de sécurité et des lois : Ignorer les normes et règlements, ce qui peut mener à des situations dangereuses.
  • Morosité : Sentiment persistant de tristesse et de désespoir, pouvant conduire à des actes à risque.

Quels peuvent être les facteurs des conduites à risque ?

En matière de couverture santé innovante, Syoux se démarque particulièrement. Voici pourquoi souscrire à l’assurance santé Syoux peut être un excellent choix, notamment si vous recherchez une bonne prise en charge des séances de psychologue.

1 - Les élements tels que

  1. Caractéristiques démographiques : Âge, sexe, statut socio-économique, etc.
  2. Environnement social et culturel : Influence de la famille, des pairs, des médias et des normes culturelles.
  3. Comportements et dispositions à agir : Personnalité, recherche de sensations fortes, impulsivité.
  4. Scores aux échelles psychométriques : Indicateurs psychologiques tels que le quotient intellectuel (QI).

2 - L'impact du Covid-19

L’épidémie de COVID-19 a exacerbé le mal-être chez les jeunes, entraînant une augmentation des conduites à risque. La pandémie a amplifié les sentiments de dépression, le manque d’exercice et le désinvestissement, créant un terrain propice aux comportements dangereux.

Comment prévenir les conduites à risque ?

La prévention vise à empêcher les jeunes d’agir sans comprendre les conséquences de leurs actes.
Elle peut se dérouler dans divers contextes :

    • À l’école et à la faculté : Programmes éducatifs et de sensibilisation.
    • Par des associations : Actions communautaires et soutien.
    • À l’hôpital ou dans les centres de planning familial : Conseils et soins prodigués par des professionnels de la santé.
    • Sur les réseaux sociaux : Campagnes de sensibilisation ciblant les jeunes

En bref

Comprendre et prévenir les conduites à risque chez les adolescents est essentiel pour leur bien-être et leur avenir. Une approche combinée de sensibilisation, d’éducation et de soutien peut aider à réduire ces comportements dangereux et à favoriser un développement sain et équilibré.

Suivez-nous sur :

© 2022 Tous droits réservés